Français

LE PROJET
UN ECOSYSTEME DEDIE A L'INNOVATION

 

ENAC (École Nationale de l’Aviation Civile)

Transférée de Paris à Toulouse en 1968, l’ENAC acteur central de la formation et de la recherche dans les filières de l'aéronautique et du transport aérien, est la plus importante des grandes écoles et universités aéronautiques en Europe.

Les diplômes validés par l’ENAC vont du baccalauréat + 1 au baccalauréat + 8 et sont considérés comme des références mondiales pour ces métiers :

 

  • - ingénieurs aéronautiques;     
  • - pilotes de ligne;
  • - contrôleurs aériens;
  • - techniciens aéronautiques.
  •  

Avec plus de 22000 diplômés disséminés dans le monde, tous cursus confondus, l’ENAC forme ainsi à la quasi-totalité des métiers des domaines de l’aéronautique et du transport aérien.

De plus, les laboratoires de recherche de l'ENAC travaillent activement en coopération avec des universités internationales pour un transport aérien toujours plus sûr, efficace et durable.

Parmi les thèmes traités pour l'innovation dans les systèmes des transports aériens de demain, on trouve :

  • - l'insertion des drones dans le trafic aérien;
  • - l'amélioration de la sécurité des vols par une meilleure prise en compte des facteurs humains;
  • - la définition des trajectoires aériennes optimisées en délai, en impact environnemental et en sécurité;
  • - la conception de l’aéroport du futur.

 

L'ONERA (Centre français de recherche aérospatiale)

 

Présent à Toulouse depuis 1968, l’ONERA est un acteur clé du développement de la filière aéronautique européenne. Son articulation réussie avec l’IRT Saint Exupéry, sa collaboration avec Aerospace Valley et sa complémentarité quotidienne avec le CNES ou encore avec le centre DGA Techniques Aéronautiques de Balma, confirme Toulouse comme capitale française du spatial et capitale mondiale de l’aéronautique.

Avec 500 agents à Toulouse, l'ONERA a pour mission de développer et d'orienter les recherches dans le domaine aérospatial autour des programmes suivants :

  •  
  • - amélioration des performances en accompagnant les industriels dans la maturation des technologies des avions;
  • - respect de l'environnement en coordonnant l'ensemble des problématiques liées aux impacts environnementaux générés par les avions : la réduction  de la consommation, des émissions de CO2 et de polluants, la réduction du bruit perçu, la compréhension des impacts atmosphériques du transport aérien (qualité de l'air et impact total sur le changement climatique);
  • - la sécurité sur différents plans : phénomènes atmosphériques (tourbillons de sillage, le poids du givre et l'impact de foudre), sûreté de fonctionnement des systèmes des avions, aide au pilote;
  • - les drones en les rendant plus sûrs et plus performants, et en luttant contre les drones malveillants;
  • - la performance du système de transport aérien par la restructuration de l’espace aérien et l'amélioration de l’efficacité économique du transport aérien.

ISAE SUPAERO (L'Institut Supérieur de l'Aéronautique et de l'Espace)

Avec plus de 100 ans d'existence et depuis 1968 sur le campus scientifique de Rangueil, l’ISAE-SUPAERO est le leader mondial de l’enseignement supérieur dans le domaine de l’ingénierie aérospatiale.

L’ISAE-SUPAERO développe une politique de recherche très largement tournée vers les besoins futurs des industries aérospatiales et de haute technologie. Il accompagne le développement de l’industrie aéronautique et spatiale notamment en formant des :

  • - ingénieurs concepteurs des systèmes du futur, pluridisciplinaires, centrés sur les problématiques, disciplines et enjeux du domaine aérospatial;
  • - chefs d'équipe de programme dans les entreprises aérospatiales ou les institutions de défense;
  • - responsables des processus, de l'industrialisation, de la production, de la qualité, de la recherche et de l'innovation, des produits, des projets et de la production dans les domaines de l’espace et de l’aéronautique;
  • - consultants dans les solutions d’application utilisant des satellites...

L’ISAE-SUPAERO contribue activement aux mutations scientifiques et socioéconomiques du domaine aérospatial avec 650 diplômés chaque année et 1800 intervenants venus du monde entier.
La recherche de l’ISAE-SUPAERO vise des avancées technologiques répondant aux besoins des acteurs, comme par exemple :

  • - les concepts aéro-propulsifs innovants;
  • - l’avion plus électrique;
  • - les micro-drones agiles et endurants;
  • - les objets connectés;
  • - les méthodes de développement de logiciel embarqué certifié, les systèmes embarqués critiques adaptatifs;
  • - l’ingénierie des interactions homme-système.  

 

CNES (Centre National d'études Spatiales)

Créé en 1961, le CNES est chargé d’élaborer et de proposer au gouvernement français le programme spatial français et de le mettre en œuvre dans 5 grands domaines stratégiques : le lanceur Ariane, les Sciences, l’Observation, les Télécommunications et la Défense.

À l'exception des lanceurs et de leur lancement, le centre spatial de Toulouse, avec 1800 salariés, est chargé de la plupart des travaux de la responsabilité du CNES : conception, développement, réalisation en partenariat avec l'industrie et les laboratoires scientifiques, mise en orbite, contrôle et exploitation des véhicules et des systèmes spatiaux, satellites, sondes et ballons.

Le CNES mène simultanément une quarantaine de projets spatiaux en coopération avec une vingtaine de pays. A titre d'exemple :

  • - EGNOS (The European Geostationary Navigation Overlay Service) le système Européen d’amélioration de la performance des systèmes de navigation par satellite GPS et Galileo;
  • - L'exploration de la planète Mars, pour laquelle son rôle est d’opérer les instruments avec lesquels la France contribue à la mission Mars Science Laboratory de la NASA lancée fin 2011 :

ChemCam (CHEMistry CAMera) l'instrument qui permet d'analyser à distance la nature, la composition et l’état d'altération des roches;
SAM (Sample Analysis at Mars) le mini laboratoire qui contribue à déterminer l'habitabilité présente et passée de la planète. Il est composé de trois instruments qui sont destinés à fournir la composition chimique de l'atmosphère et de la surface de Mars.

 

INSA (Institut National des Sciences Appliquées)

 

L'INSA est une école d’ingénieurs publique pluridisciplinaire et internationale créée en 1963. A ce jour, l'INSA Toulouse compte plus de 16 000 ingénieurs présents dans tous les secteurs de l’économie.

Avec ses 3300 étudiants dont 2 700 élèves ingénieurs, 500 diplômés ingénieurs par an, 269 enseignants et enseignants-chercheurs et 8 laboratoires de recherche, l’INSA Toulouse propose une palette de 8 spécialités :

  • - Automatique, Electronique;
  • - Génie Biologique;
  • - Ingénieur Spécialité Génie Civil;
  • - Génie Des Procédés et Environnement;
  • - Ingénieur Spécialité Génie Mécanique;
  • - Génie Physique;
  • - Informatique et Réseaux;
  • - Mathématiques Appliquées.

L’université Toulouse-III-Paul-Sabatier

Constituée en 1969, l'Université Paul-Sabatier est la plus grande université de Toulouse. Son campus s'étend sur 264 hectares de surface bâties, et compte plus de 32 000 étudiants par an. Le nom de l’université Toulouse III rend hommage à Paul Sabatier, scientifique né en 1854 et qui a obtenu le prix Nobel de chimie en 1912, Paul Sabatier a été également doyen de la faculté des sciences de Toulouse.

 

Spécialisée dans cinq domaines de formation (santé, sciences, sport, ingénierie et technologies) l’université Toulouse-III-Paul-Sabatier a été classée première parmi les meilleures universités françaises pour trouver un emploi et reconnue parmi les 300 meilleurs établissements pour ses performances scientifiques par le classement international de l’Université Jiao-tong de Shanghai (ARWU ranking) en 2013.

 

Avec ses 4 400 personnels dont 2 550 enseignants et enseignants-chercheurs et plus de 240 formations proposées.

 

À l’université Toulouse Paul-Sabatier, 68 laboratoires et structures fédératives sont au service de la recherche qui s’articule autour de cinq domaines :

  • - science de la matière;
  • - mathématiques, sciences et technologies de l'information et de l'ingénierie;
  • - univers, planète, espace, environnement;
  • - biologie, agronomie, biotechnologie, santé;     

- activités humaines et sociales.  

LAAS (Laboratoire d'analyse et d'architecture des systèmes)

 

Créé en 1968, le LAAS est le plus grand laboratoire de recherche du Centre national de la recherche scientifique français (CNRS) avec 700 personnes et 20 groupes de recherche. Les recherches menées au LAAS-CNRS visent une compréhension fondamentale des systèmes complexes tout en considérant l'usage qui peut en découler dans les domaines de l'aéronautique, de l'espace, de la santé, de l'énergie et des réseaux de communication.

Ainsi, à la fois défricheur de problématiques émergentes et promoteur de solutions intégrées et en association avec l'Université fédérale de Toulouse, le LAAS mène des recherches en sciences et technologies de l’information et de la communication avec une vision système intégrative dans quatre grands domaines :

  • - les micro et nano systèmes;
  • - l’automatique et le traitement du signal;          
  • - les systèmes informatiques critiques;  
  • - la robotique et l’intelligence artificielle.
  •  

Le LAAS compte 8 départements scientifiques, 22 équipes de recherche et bénéficie du label Institut Carnot, un label qui souligne les compétences pluridisciplinaires de la recherche publique au profit du monde socio-économique. Les domaines d'application du LAAS sont :

  • - aéronautique et espace;
  • - agriculture;
  • - défense;
  • - énergie électrique;
  • - environnement;
  • - micro et nanosystèmes;
  • - santé et Silver eco.

INP Institut National Polytechnique de Toulouse


Créé en 1969, Toulouse INP est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel.
Avec 6600 étudiants dont 18% étrangers, Toulouse INP et ses associés délivrent des formations d'ingénieurs dans l’électronique, l'électrotechnique, l’informatique, l’hydraulique, les télécommunications, la chimie, le génie chimique, les matériaux, l’agronomie, le génie mécanique, le génie industriel et la météorologie.

 

Toulouse INP fédère 6 écoles d’ingénieurs (INP- ENSAT, INP-ENSEEIHT, INP-ENSIACET, INP-ENIT, INP-ENM, INP-PURPAN) avec deux missions principales :

 

  • - former des ingénieurs par la voie de la formation initiale, continue et l’apprentissage;
  • - développer des activités de recherche innovantes.        

La recherche à Toulouse INP s'appuie sur 700 chercheurs regroupés dans 17 laboratoires associés au CNRS, à l'INRA et d'autres universités toulousaines.

Les deux grands domaines de recherche de Toulouse INP :

 

  • - Sciences physiques et ingénieries pour l’énergie, le climat, le numérique et la matière;
  • - Sciences du vivant et ingénieries pour l’agronomie, l'agroalimentaire et l’environnement.